La méthode Buteyko

Il y a quelques années (je ne dirai pas combien pour ne pas révéler mon âge ;), quand j’étudiais la physiologie dans le tableau de la diplomatie de physiothérapie, j’ai été très clair: nous respirons pour obtenir de l’oxygène dans notre corps et évacuer le dioxyde de carbone que nous produisons en oxydant ce que nous mangeons pour l’énergie. Le CO2, le gaz carbonique ou le dioxyde de carbone étaient mauvais et nous avons dû l’expulser. Tous les exercices que j’ai appris à l’époque pour aider les patients respiratoires étaient basés sur la recherche d’un apport maximal en oxygène.

Hyperventilation

Quand je suis allé travailler en France, cette vision a commencé à changement. Dans l’une des cliniques où j’ai travaillé, j’ai découvert ce qu’était le syndrome Hyperventilation. À l’époque, et peut-être encore aujourd’hui, cette le syndrome n’a pas été bien accepté par une grande partie du corps médical. Il s’avère qu’il y avait une partie des asthmatiques qui pouvaient passer des saisons sans médicaments sans aucun problème majeur, mais qui pendant la nuit présenté symptômes intenses et difficiles à contrôler : manque d’air, inspirations courtes, sing, maux de tête, problèmes de vision, étourdissements… Quand le patient a été suspecté d’avoir le syndrome d’hyperventilation, nous lui avons passé le test de Nimègue (qui mesure l’anxiété), et fondamentalement, il lui a demandé de respirer de moins en moins despatitely, introduisant apnées au cours Respiration.

C’est alors que j’ai entendu parler de la méthode pour la première fois Buteyko, à la recherche de la façon dont les symptômes qui ressemblaient pourraient être mieux contrôlés l’asthme sans avoir à tout laisser entre les mains du médicament.

Actuellement, peu de gens ont entendu parler de cette méthode, bien qu’il soit en place dans différents pays depuis des décennies (Russie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni, États-Unis et Australie, avant tout). Cette méthode est née en Russie, dans les années 1950, avec la main du professeur de Physiologie ukrainienne Konstantin Pavlovich Buteyko.

Leur objectif était d’améliorer la respiration des personnes pathologies respiratoires chroniques, y compris l’asthme. Au fil des ans, a continué d’être étudié et il existe quelques articles scientifiques (voir références à a démontré que la méthode Buteyko parvient à améliorer symptômes de l’asthme et/ou diminuer la quantité de médicaments que l’asthme devrait prendre patients qui le suivent.

Respirez moins, mais Meilleur

Avant d’entrer dans le fonctionnement de la méthode Buteyko, nous allons examiner une caractéristique que toutes les personnes asthmatiques ont. Oui nous regardons comment les personnes asthmatiques respirent, nous nous rendrons compte que votre respiration est généralement rapide et peu profonde. Ils respirent souvent par la bouche et principalement utiliser leur poitrine pour respirer, oubliant que c’est le diaphragme du muscle respiration principale.

Lorsque nous inspirons, ce qui nous intéresse, c’est que l’oxygène entre dans notre sang, et quand nous respirons, nous nous débarrassons de l’excès de gaz carbonique produite par l’oxydation des graisses et des glucides nous avons déjà ingéré. Maintenant, si nous respirons trop et / ou trop rapidement, nous aurons tendance à évacuer trop de gaz carbonique. Pour quoi notre corps est très bien, nous avons besoin d’avoir un minimum de gaz carbonique dans sang, pour garder le pH neutre. Donc, dans certains cas, ce dont ils ont besoin certaines personnes atteintes de maladies respiratoires respirent moins, pas plus.

Les conséquences d’une trop grande respiration peuvent inclure :

  • Dilatation vaisseaux sanguins et voies respiratoires.
  • Augmenter Taux d’histamine (et par conséquent, réactions accrues allergique).
  • Conséquences dans le système respiratoire : respiration sifflante, dyspnée, toux, oppression thoracique, bâillements fréquents, ronflements, apnée du sommeil.
  • Conséquences système nerveux : étourdissements, manque de concentration, transpiration, vertige, des tinglings dans les mains et les pieds, une faiblesse, des tremblements, des maux de tête.
  • Conséquences pour le cœur : rythme cardiaque accéléré, rythme cardiaque irrégulier.
  • Conséquences pour l’esprit: certains degrés d’anxiété, de tension, de dépression et de stress.

Que pouvons-nous faire pour atténuer ces symptômes?

Respirez moins et/ou produisez plus de dioxyde de carbone. faire l’exercice, par exemple, contribue à augmenter les niveaux de dioxyde de carbone, l’une des raisons pour lesquelles il est fortement recommandé de faire du sport si vous avez de l’asthme. Pour respirer moins, il est intéressant d’utiliser la méthode Buteyko.

Quoi Méthode Buteyko?

La méthode Buteyko est basée sur la mesure de la pause de contrôle et environ 6 exercices différents (certains avec des variantes) dans lesquels les apnées ont une rôle très important. La pause de contrôle fournit des informations sur symptômes du patient et aussi des progrès dans la pratique des exercices. Ils mesurent les secondes où vous pouvez être à bout de souffle et sans avoir le sentiment que nous l’air manque. Si nous obtenons à 40 secondes, nous n’aurons certainement pas de symptômes d’asthme. Si c’est en dessous de 10 secondes, alors il se peut que nous avons des symptômes graves.

Un exemple d’exercice proposé par la méthode serait le Suivants:

Mets ton index sous ton nez. Ferme les yeux. Remarquez la température de l’air sur votre doigt lorsque vous sortez (chaud) et lorsque vous entrez (plus frais). L’exercice, c’est essayer de remarquer de moins en moins de changements température de l’air au-dessus du doigt et aussi en adentant moins le passage de la Air. De cette façon, ce que nous faisons est d’arriver à changer un respiration qui pourrait être rapide et qui pourrait mobiliser trop de gaz carbonique vers l’extérieur, dans un souffle plus doux et moins profond. Pour qui est vraiment bénéfique, nous devrions sentir un peu le désir de respirer plus profond, mais la gestion de ce besoin, nous serions la réhabilitation de la corps à une respiration plus saine.

Article publié à la revue « Eroski Consumer » par l’intermédiaire de la Lovexair-Respiratory Sick Foundation.

Bibliographie

Fermez votre bouche : Manuel d’auto-aide de la Clinique de respiration Buteyko (Patrick G McKeown, 1er décembre 2014)

Vivre sans asthme – La méthode Buteyko (Andrey Novozhilov, 24 septembre 2007)

Articles et articles Scientifiques

1 Techniques respiratoires de Buteyko dans l’asthme : un essai randomisé
aveugle Simon D Bowler, Amanda Green et Charles A Mitch
ell Medical Journal of Australia, 1998; 169:575-578

2 Technique de respiration Buteyko pour l’asthme : une intervention e
f
ficace Patrick McHugh, Fergus Aitcheson, Bruce Duncan, Frank Houg
hton Journal of the New Zealand Medical Association, 12-Décembre-2003, Vol 116 No 1187

3 « Éducation à la santé : Le Buteyko Institute Méthode faire une différence?
J
ill McGowan, consultante en éducation et formation en Gestion de l’asthme.
Thorax Vol 58, suppl III, page 28, décembre 2003.

4 Un essai contrôlé randomisé de la technique Buteyko pour la gestion de l’asthm
e
Robert L. Cowie, Diane P. Conley, Margot F. Underwood Patricia G. Lecteu
r Médecine respiratoire mai 2008 (vol. 102, numéro 5, pages 726-732)

5 L’étude explique le succès de Buteyko Megan How. Australian Doctor, p 20, 11 mai 2001

6 Prévalence des dysfonctionnels respiration chez les patients traités pour asthme en soins primaires : une Enquêt
e
M Thomas, AT McKinley, E Freeman, C Fo
y British Medical Journal, 2001; 322:1098-1100 (5 mai 2001)

7 Bronchodilatateurs semblent augmenter l’inflammation, l’aggravation potentiellement de l’asthme, de l’insuffisance cardiaque et du lupus, étude résultats suggèrent.
J
Allergie Clin Immunol 2006

8 Exercices respiratoires pour l’asthme : un essai contrôlé randomisé.
M Thomas, R K McKinley, S Mellor, G Watkin, E Holloway, J Scullion, D E Shaw, A Wardlaw, D Price, I Pavord
Thorax 2009; 64:55-6

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :
search previous next tag category expand menu location phone mail time cart zoom edit close